Le Mag - Turquie


La Cappadoce, une Contrée aux 1000 Visages…et 600 Églises!


Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©

La Cappadoce, une œuvre de la Nature…

La Cappadoce est un plateau rocheux constitué d’un ensemble de vallées creusées par des années d’érosion, donnant lieu à une incroyable diversité de paysages : chaque vallée est différente et possède sa propre identité. Certaines ressemblent à de vastes mers terrestres, les reliefs lisses et polis des roches friables formant des vagues ondulantes, d’autres présentent d’immenses colonnes de plusieurs dizaines de mètres qui s’élèvent seules ou groupées dans le vaste ciel bleu. Des formations étranges laissent libres cours à l’imagination : de nombreux reliefs ont la forme de « champignons », et dans la Vallée de Devrent, on peut même apercevoir un superbe chameau et une effigie naturelle de la Vierge. Les couleurs des roches diffèrent aussi grandement d’une vallée à l’autre : les noms de Vallée Blanche ou Vallée Rose par exemple sont tout à fait explicites.
Paradis des randonneurs, la Cappadoce se découvre à pied, ou à cheval si vous aimez l’équitation. Dans la Vallée Blanche, vous marcherez entourés par d’immenses vagues de roches blanches, et de « champignons » avant d’arriver devant les immenses colonnes qui, faisant penser à des formes phalliques, sont à l’origine du deuxième nom de la Vallée Blanche,  la Vallée de l’Amour. Dans la Vallée de Paşabaği, vous découvrirez les magiques « Cheminées de Fées », qui sont des colonnes pointues surmontées d’un boulet de basalte noire,  qui nous laissent bouche bée devant les prouesses architecturales de la nature. La Vallée Rose, aux reliefs assez escarpés, offrent des panoramas sublimes dont les tons rosées s’accentuent lorsque le soleil se couche.

Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©
Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©

Le second visage de la Cappadoce, l’épanouissement du christianisme

Non seulement dotée d’une richesse naturelle merveilleuse, la Cappadoce est aussi un centre culturel et historique capital de la Turquie.
Très tôt dans l’histoire, des peuplades troglodytes vinrent s’établirent dans la région de la Cappadoce, et creusèrent de nombreuses habitations dans les parois des vallées, travail facilité par la friabilité de la roche. Les Hittites succédèrent aux peuplades troglodytes vers 2000 avant J-C, et après avoir connu l’apogée de leur civilisation, leur empire déclina peu à peu. Les Romains envahirent ensuite la Turquie autour du Ier siècle après J-C et en prirent le contrôle. Cette même époque signe le début de l’extension du christianisme et les premiers chrétiens, souvent persécutés, vinrent se réfugier dans la région de la Cappadoce.
Peu à peu, la Cappadoce devint un centre chrétien de grande importance, et de nombreuses églises furent construites le long des vallées, et ont persisté jusqu’à aujourd’hui. En effet, ces églises, dont les entrées et les localisations sont parfaitement camouflées dans les paysages, ont été protégées de la destruction grâce à leur architecture cryptique et leurs entrées cachées. Ces églises, de taille modeste, sont plus ou moins bien conservées, mais dans de nombreux cas, il est encore possible d’admirer les fresques peintes qui en recouvrent les murs. Aujourd’hui, on dénombre plus de 600 églises troglodytes…un nombre assez impressionnant montrant l’importance de la Cappadoce au niveau de la culture chrétienne !
La Vallée d’Ilhara et la Vallée de Soğanlı sont les meilleurs endroits pour découvrir ces églises cachées : durant votre marche au fond de la vallée, vous aurez l’occasion de pénétrer dans de nombreuses églises dont les entrées sont parfois difficiles à distinguer (mais heureusement des panneaux touristiques sont là pour nous les indiquer !). C’est une expérience assez incroyable alliant nature et culture à la fois !
La plupart des 600 et quelques églises sont éparpillées au sein des vallées mais certaines sont regroupées au sein d’un même endroit : c’est le cas par exemple de Göreme, monastère fondé par Saint-Basile, et habité pendant des siècles par des moines. Attraction phare, Göreme est envahi de touristes, et si vous souhaitez une visite plus tranquille, orientez-vous vers le Monastère de Selime, un incroyable ensemble de bâtiments sculptés dans la roche – on y trouve notamment une cathédrale et plusieurs chapelles. Enfin, si vous souhaitez vous éloignez un peu des sentiers battus, prenez le temps de vous rendre au Monastère de Keşlik et à l’Eglise de Pançarlik où peu de touristes s’aventurent…

Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©
Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©

Les Pigeonniers, une véritable histoire d’amour entre les pigeons et les habitants de la Cappodoce…

Tout aussi nombreux que les églises – peut-être même plus – on trouve dans quasiment toutes les vallées de grands pigeonniers sculptés à même la roche. Les plus anciens datent de l’époque romaine, et les plus récents du début-milieu du XXème siècle. Grâce aux pigeonniers, les habitants de la Cappadoce récupéraient les fientes des oiseaux et s’en servaient d’engrais pour les cultures, et ce jusqu’à très récemment, c’est-à-dire dans les années 1980. Autrefois florissante, l’agriculture au sein de la Cappadoce n’est plus pratiquée que par quelques familles qui vivent encore dans les vallées, et des vignes sauvages en bordure de chemin sont les témoignages d’une ancienne production vinicole.
Les pigeonniers peuvent être vraiment très nombreux, notamment dans la bien nommée Vallée des Pigeons ainsi que la Vallée de Gomeda, qui elle aussi aurait largement mérité le nom de « Vallée des Pigeons »…

Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©
Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©

Des profondeurs de la terre jusqu’au ciel : les Citadelles et Villes Souterraines de la Cappadoce

Terre de contrastes, la Cappadoce abrite deux opposés : des forteresses-citadelles vertigineuses perchées au-dessus des vallées d’une part et des villes totalement souterraines s’étendant sur plusieurs dizaines de mètres sous terre d’autre part.
Les premières ont été édifiées sur d’impressionnants pitons rocheux dominant les vallées de par leur hauteur, et ont fait l’objet d’intenses excavations par les populations humaines. Le résultat est impressionnant, l’intérieur de ces pitons rocheux fait penser à un véritable gruyère, creusé de chambres, cuisines, salle de repos et autres pièces reliées entre elles par des escaliers et des galeries. Les premières « pièces » furent creusées par les peuples néolithiques avant d’être investies par les Romaines et autres civilisations successives qui s’en servirent de forteresse.   Les Citadelles d’Uçhisar et Ortahisar en sont deux exemples.

Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©
Turquie - La Cappadoce, une contrée aux 1000 visages…et aux 600 églises©

A l’opposé de ces citadelles bien voyantes qui s’élèvent au-dessus des autres reliefs, la Cappadoce abrite aussi un ensemble de villes souterraines, la plus impressionnante et la plus connue étant la Cité de Derinkuyu comportant 13 étages souterrains ! Ces villes souterraines furent édifiées par les premiers peuples troglodytes de la Cappadoce. Mais pourquoi aller s’enterrer ainsi sous terre ?
La première raison est probablement la sécurité : la vie souterraine permettaient d’échapper aux ennemis de nature à la fois animale (ours et lion notamment qui peuplaient anciennement la région) et humaine (autres tribus et peuples envahisseurs). Pour les peuples envahisseurs, il était très difficile de s’emparer de ces cités souterrains premièrement à cause de la difficulté à trouver les entrées des cités souterraines, deuxièmement de la difficulté à combattre à l’intérieur des galeries où les autochtones étaient bien plus à l’aise, et troisièmement car les peuples souterrains avaient développé des stratagèmes très efficaces pour bloquer les entrées et différentes galeries en cas d’invasion. De plus, ces peuples troglodytes pouvaient tenir un siège de plusieurs mois dans leur cité, vivant sur leurs réserves aussi longtemps que nécessaire. Une autre raison qui aurait pu mener à la vie souterraine est l’isolation thermique : les habitations troglodytes sont fraîches en été et en hiver, la température est moins basse qu’en surface.

Proposé par : LVA

Autres Articles sur la Turquie

Pays aux mille visages, pays de toutes les contradictions et riche d’une histoire de deux milles ans, la visite de la Turquie n’est à manquer sous aucun prétexte. Pays aux splendeurs orientales avec ses mystères et ses Derviches tourneurs, (...)
Hommes de foi de confession musulmane Mevlevi, les Derviches Tourneurs doivent leur nom à leurs étranges prières dansantes. Connue sous le nom de cérémonie du Semâ, la danse des Derviches Tourneurs consiste à tourner sur soi-même jusqu'à (...)
Cap sur la Turquie orientale, ses grandes villes, ses monuments et son histoire captivante. Nous vous emmenons aujourd'hui à Trabzon, centre culturel et historique situé au bord de la Mer Noire, et au monastère de Sumela, un édifice religieux (...)

Quelques Idées de Voyages en Turquie

En Cappadoce, en plein cœur de la Turquie, les coulées de lave qui remontent à quinze millions d’années, érodées par les eaux, se découpent aujourd’hui en milliers d’aiguilles et de cheminées de fées ou "demoiselles coiffées’’ (...)
La Cappadoce est l’un des paysages les plus fascinants de la planète. Les coulées de laves volcaniques qui remontent à huit millions d’années, érodées par les eaux, se découpent aujourd’hui en aiguilles et cheminées de fées au troncs (...)
Son nom suffit pour tout dire... Istanbul, ville dont la légende n'est pas encore éteinte... Un pied en Asie, l'autre en Europe, Istanbul est la seule ville au monde à cheval sur deux continents. Dans ce site grandiose, qui fut la raison de son (...)
Les rapports entre Troie et l’Occident ont servi de toile de fond à la construction des mythes qui ont marqué l’histoire littéraire hellène du Ier millénaire avant Jésus-Christ. De retour dans leurs patries respectives des héros qui (...)