Le Mag - Bolivie

Le Carnaval d'Oruro, plus grand
Carnaval Autochtone d'Amérique Latine

Au coeur de l'altiplano de Bolivie, il est une ville où on ne fait en général que passer.
Il faut dire qu'Oruro, cinquième agglomération du pays (230.000 habitants) n'a pas exactement le profil de la ville de carte postale.
Il y a beau temps que les mines d'argent qui ont fait sa prospérité ont périclité, et ce sont des installations industrielles vétustes et à l'abandon qui accueillent les visiteurs, implacables signes d'un déclin qu'Oruro ne parvient pas à enrayer.
Les rues strictement au carré et sans aucun charme du centre ville parachèvent l'impression initiale : définitivement, Oruro fout le cafard.

Pourquoi en parler alors ? Parce qu'il y a un "MAIS", bien sûr.
Et même un "mais" majuscule, et qui justifie que l'on s'y rende au moins une fois : Oruro est la capitale du carnaval de Bolivie.
Non pas qu'il n'y ait pas de célébrations à La Paz, Santa Cruz ou Cochabamba (les trois plus grandes villes du pays), mais question carnaval, à Oruro tout est plus grand, plus remuant, plus fascinant.

Mais pourquoi Oruro ?



L'histoire de la Bolivie est celle d'une succession d'invasions et de dominations (Aymaras & Urus > Incas > Espagnols), les nouveaux maîtres imposant leur culture (langage, croyances, coutumes ...) pour affirmer leur suprématie.
Mais plutôt qu'à une superposition de cultures consécutives, on assista à leur amalgame.
Ainsi le Tio (oncle) Supay, divinité du monde sous-terrain, fusionna avec le diable.
Ainsi la Pachamama, déesse de la terre, fut assimilée à la Vierge Marie.
Ainsi les lieux sacrés de uns devinrent vénérés par les autres.

A l'époque pré-incaique, Oruro est déjà un centre de pélerinage important pour les Urus, des pêcheurs-éleveurs qui occupent les rives des grands lacs de l'altiplano (le lac Titicaca, sur la frontière entre Pérou et Bolivie, et le lac Poopo, à proximité d'Oruro).
La ville acquiert une dimension catholique notable avec l'apparition, en 1789, d'une vierge miraculeuse, la Virgen de la candelaria del socavón (Vierge de la chandeleur de la mine).

Le culte que les mineurs lui vouent va grandissant, et s'accompagne progressivement de festivités de plus en plus élaborées.
Au XIXe siècle, une danse prend corps et se codifie : la Diablada.
Des danseurs costumés, les uns en diables, les autres en anges (guidés par l'archange Saint Michel), mettent en scène l'affrontement entre le bien et le mal sur une musique joyeuse qu'on dirait inspirée d'airs provençaux.
Entre 1900 et 1940, on s'organise. Des comparsas (littéralement des "groupes de compères") défilent spontanément dans les rues de la ville.

Très vite, on ne danse plus uniquement la diablada, d'autres styles font leur apparition (morenada, tobas *1...).
Le carnaval d'Oruro prend de l'ampleur, les participants viennent désormais de tout le pays et de toutes les classes sociales.
En 1970, le gouvernement décerne à Oruro le titre de capitale nationale du folklore bolivien.
Enfin en 2008, le carnaval d'Oruro est inscrit, en tant que chef-d'oeuvre, au Patrimoine Oral et Immatériel de l'UNESCO.

Le Carnaval Moderne



C'est aujourd'hui un rendez-vous de premier plan, suivi par plus de 200.000 spectateurs.
Durant deux jours, une cinquantaine de comparsas, composée de dizaines de danseurs et de musiciens, défilent de jour comme de nuit sur les quatre kilomètres du parcours qui traverse la ville.
Il aura fallu des mois de préparation pour confectionner de spectaculaires costumes, parures et masques magnifiquement bariolés *2, pour peaufiner des chorégraphies éblouissantes, pour synchroniser des fanfares de cuivres & percussions assourdissantes.

Après deux heures absolument exténuantes, danseurs et musiciens achèvent le défilé à genoux aux pieds de la représentation de la Virgen del socavón, qui trône dans la cathédrale qui domine la ville *3.

Pour avoir une idée de la diversité des styles et de l'ambiance dans laquelle se déroule le carnaval d'Oruro, on préfèrera vous laisser consulter ces quelques vidéos.


Article proposé par : Terra Andina Bolivie


*1 Aujourd'hui, plus de 40 styles de danses différents, parmi lesquels on citera notamment la diablada, la morenada, los caporales, el tinku, los tobas, la llamerada, la kullawada, el pujllay, la saya, la chacarera, el taquirari.

*2 Les costumes et parures peuvent peser jusqu'à une trentaine de kilos.

*3 En honneur à la Virgen del Socavón, une monumentale statue de 45 mètres de haut a également été érigée à Oruro, qui a été inaugurée en février 2013

> Le Site officiel du Carnaval

> Facebook du carnaval d'Oruro

Quelques Idées de Voyages en Bolivie

L’Essentiel de la Bolivie - 12J/11N

La Bolivie nous propose un échantillon divers en couleurs et en paysages. Ce programme offre la possibilité de parcourir le pays en partant de l’Amazonie, en traversant la vallée de Sucre et les hauts plateaux colorés du Sud Lipez, pour finir sur les îles du mystérieux Lac Titicaca. Les Villes de (...)

La Bolivie entre Partage et Traditionsdes Communautés - 19J/18N

La Bolivie nous présente de multiples facettes à découvrir. Cet itinéraire vous propose la rencontre avec ses communautés et la randonnée sur les sentiers d’une partie de la Cordillère Royale pour atteindre le 5038m de la lagune Glaciaire.  Vous partirez à la découverte des (...)

Les Incontournables en Bolivie - 16J/15N

a Bolivie est un pays qui fait deux fois la superficie de la France où il y a beaucoup à visiter. Vouloir faire le tour en peu de temps c’est passer à côté de l’essentiel. Si vous souhaitez visiter les incontournables du pays et côtoyer la population locale, alors, cet itinéraire est fait (...)

La Bolivie et ses Sentiers Insolites - 20J/19N

La Bolivie est un pays qui fait deux fois la superficie de la France où il y a beaucoup à visiter. Cet itinéraire est fait pour la découverte des sites mythiques tels le  Salar d’Uyuni vous garantissent un dépaysement total. La Région du Sud Lipez vous offrira sa palette de couleurs et des (...)
Tous les Circuits en Bolivie >>