Le Mag - Emirats Arabes Unis

Les Sept Merveilles du Golfe Persique

 Sur la route de l’or noir, Dubaï et Abu Dhabi sont devenus les deux emblèmes des sept émirats arabes unis constituant une puissance touristique renouvelée et qui semblent grimper dans l’estime des visiteurs. Impressionnante pour sa démesure hôtelière, la station balnéaire de Dubaï incarne l’attraction touristique la plus demandée pour sa luxure tandis qu’Abu Dhabi illumine le Moyen orient de ses infrastructures osées, victimes d’une richesse croissante.

Mais il est souvent bien moins facile de citer les cinq autres émirats. En effet, ces « rejetons » ignorés pour leur moindre popularité, ont du mal à s’affirmer sur le devant de la scène internationale : très peu sont les clients ramenant de leur poche un carnet de voyage complet où figurent ces « oubliés » : Ajman, Fujaïrah, Ras al-Khraimah, Sharjah et Umm Al-Quwain , quelques noms bien singuliers de territoires voisins noyés dans l’ombre du Moyen Orient… En revanche il serait opportun de les délaisser puisque ces terres légendaires ne privilégient pas seulement les touristes aux goûts luxueux. La population a hérité d’un bagage culturel dense, témoin d’une histoire riche en traditions et coutumes ancestrales, lesquelles dissimulées au cœur de ses dunes désertiques, jaillissent, fulgurantes tel un ouragan de renouveau.

Emirats Arabes Unis - Les Sept Merveilles du Golfe Persique

Émirat d’Abu Dhabi



Créée le 2 décembre 1971, la fédération constitutionnelle des émirats arabes unis, abrégé par les trois initiales E.A.U, occupe une superficie de plus de 83 600 km ² au sud-est de la péninsule arabique, les pays limitrophes étant l’Arabie Saoudite, la Qatar et l’Oman. Mais bien que cette envergure leur soit un atout, quatre cinquième des E.A.U ne sont que les hôtes de régions désertiques, de paysages contrastés, des oasis luxurieuses vernies d’une touche émeraude, de montagnes escarpées ainsi que de plaines fertiles et de dunes ensablées.

Capitale officielle des E.A.U, la ville éponyme de l’émirat d’Abu Dhabi, prospère dans sa modernité fulgurante : elle se compose de tous les ingrédients les plus imbattables dans le domaine du tourisme : centres sportifs, jardins étalés, parcs sophistiqués, centres commerciaux, boulevards et routes de transports, centres culturels riches, hôtels étoilés dont l’Emirates Palaces affichant fièrement ses sept étoiles, plages paradisiaques, gratte ciels les plus hauts du Moyen Orient, magasins et restaurants haute gamme : clés d’un environnement accueillant et inoubliable…
En tant que capitale, puissance commerciale située sur l’emplacement des routes maritimes majeures, Abu Dhabi demeure non seulement une puissance touristique mais est également un centre économique, politique, et commercial essentiel. Sièges d’entreprises, de centres industriels, d’ambassades chargées de l’exploitation du pétrole y sont implantées depuis la découverte de plusieurs gisements pétroliers sur le littoral du Golfe Persique en 1958 . Ultérieurement, dès 1962, Abu Dhabi exporta pour la première fois cet or noir qui l’enrichit de manière effrénée d’autant plus que sa situation géographique côtière lui permit de bénéficier des meilleurs lieux de pêche de perles précieuses.

Habité dès le troisième millénaire av. J-C ce n’est véritablement qu’au XVIIIème siècle que l’émirat connut son apogée prolongé jusqu’à nos jours. Néanmoins, la cité d’Abu Dhabi, édifiée en 1761 sut préserver un profond respect envers sa culture historique patrimoniale puisqu’elle eut l’honneur de devenir la résidence de la famille régnante Al-Nahayn. Dès lors, elle connut une extension effrénée ce pourquoi elle occupe actuellement la majeure partie de l’émirat.
Le vieux fort, aussi nommé palais Al-Hosn, demeure l’une des fondations originelle de la ville dont il ne reste que peu de traces. Il constitue l’unique témoin de son passé rongé par la rafle de modernité qui toucha le territoire. Il abrite entre autre un centre de documentation.

La grande mosquée de Cheikh Zayed localisée et achevée en 2007 est l’une des curiosités de cette « ville des grandeurs » au premier sens du terme. Vêtue de trois dômes, plusieurs coupoles flanquées de gravures orientales et abritant un attirail luxueux digne des plus châteaux occidentaux (lustres, marbre et or) elle peut accueillir pas loin de 30 000 religieux.

Le musée qui retrace la découverte du pétrole ainsi que les sites archéologiques de Sir Bani Yas , d’Umm al Ishtan ou de Al Ain, Ain al Faid sont à prévoir lors d’une visite de la ville. Ce dernier compose l’une des oasis les plus riches de l’émirat avec une population de 470 000 habitants, ce qui en fait la quatrième ville d’Abu Dhabi. Lieu de naissance du sheikh Zayed ben Sultan Al Nahyane, c’est un site ancien qui occupé plus de quatre mille ans. Il abrite notamment un complexe funéraire, le site d’Hili où les impressionnantes structures circulaires renferment des objets millénaires comme des pierres précieuses d’Afghanistan, des poteries iraniennes, des corps mortifiés et des fragments de cuivres, témoins d’un commerce florissant.


Émirat de Dubaï



Dubaï, autant par sa superficie qu’à travers sa démographie, incarne le second émirat d’une ampleur gargantuesque derrière Abu Dhabi. Riche de structures démesurés et délirantes, la ville de Dubaï est réellement scindée en deux cités bien distinctes, Dubaï au sud-ouest et Deira au nord-est, toutes deux séparées par le courant de l'al-Khor.

Deira est notamment dotée d’un souk spectaculaire, le plus grand de la péninsule arabique, agréable pour les promenades qu’il offre et authentique pour ses produits bons marchés. Essentiellement riche grâce au commerce du pétrole qui lui est associée, la ville est douée d’un patrimoine tout aussi intéressant qu’Abu Dhabi.

La forteresse d’Al-Fahidi et son musée sont incontournables pour les férus d’histoire et d’architecture. Construite dès 1787 en plusieurs étapes à l’aide de matériaux singuliers tels que du corail ou du mortier, la forteresse d’Al-Fahidi constitue l’un des plus vieux bâtiments de la ville qui servit à sa protection contre les invasions terrestres venant de tribus voisines. Il endossa également les fonctions de prison, garnison et enfin palais des souverains.

A proximité, le musée est une infrastructure ouverte au publique depuis 1971 sous réserve de son souverain contemporain qui l’embellit d’antiquités provenant des divers échanges commerciaux asiatiques, mais dont le but primitif fut d’exposer le mode de vie traditionnel de l’émirat, ses mœurs et ses croyances. Il accueillit en mars 2008 plus de 80 000 visiteurs, un nombre en net augmentation.
Le palais du Cheikh Zayed fut la demeure de l’ancien président Cheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan et sa famille. Construit en 1937, son propriétaire mourut quelques années plus tard en 1966 d’où la réhabilitation du palais qui fut converti en musée en 2001. Il y est plaisant de déambuler aux confins des galeries d’art ou des salles de réunions de l’ancien président, mais aussi au gré des cours ensoleillées où, parmi l’une d’entre elles, est exposé le Land Rover de Cheikh Zayed qui l’utilisait régulièrement pour visiter les communautés bédouines du désert.

La mosquée de Jumeirah, la seule accessible aux non-musulmans, incarne le joyau central de la ville ; édifiée selon les principes traditionnels des fatimides afin d’accueillir pas plus de 1200 personnes, elle semble particulièrement attractive sous les projecteurs des lumières en soirée. La célébrité dont elle jouit s’explique sans doute par le fait les photos y sont autorisées, d’extérieur comme d’intérieur. Son architecture et son histoire sont donc à découvrir impérativement, l’occasion de visiter une autre mosquée de la ville étant nulle…
Enfin les achats et les tentations ne manquent pas à Dubaï : électroniques, vêtements, bijoux de luxe ou bon marché, nourritures, chaussures, il serait difficile de passer à côté de l’une de ces immenses structures sans marquer d’arrêt afin d’acquérir quelques souvenirs. La consommation figure parmi l’un des piliers majeurs de cette nouvelle religion. La ville est, par ailleurs, accessible depuis Abu Dhabi, située à un peu plus de 100 km, grâce à des transports collectifs joignant de bout en bout les deux reines de la consommation.


Émirat de Sharjah



Si les architectures sont plus timides dans les cinq autres émirats, Sharjah se lance dans la même voie qu’Abu Dhabi et Dubai. Eh oui, affichant gratte ciels gigantesques et commerces diverses, sa position de troisième dans le tableau des scores lui attribue souvent la négligence des voyageurs. Pourtant, tout au contraire, déjà titrée « capitale culturelle du monde arabe » par l’Unesco en 1998, elle semble vouloir s’affirmer parmi les puissances mondiales. Pour cela, Sharjah rivalise de grandeurs et d’originalité.

La vieille ville, nommée Al-Gharb, a été transformée en « quartier des arts » lequel est ponctué de musées et d’activités. En revanche la médaille d’or de la cité revient à sa grande mosquée qui figure parmi la plus imposante de tous les émirats. Au pied de celle-ci se meurent commerces et souks comme le célèbre Al-Arsah ou le second Al-Hisn. Il est possible d’acquérir de magnifiques tissus traditionnels persans qui font la célérité des lieux ainsi qu’une ribambelle d’objets en tout genre : épices aux couleurs flamboyantes, argenterie , orfèvrerie, cuivre et pierres précieuses, bijoux, alimentation variée et soies sont à débusquer dans les étroites ruelles déambulatoires d’où l’on aperçoit la pointe des minarets percer les cieux.

Les rires sont l’essence primaire qui animant l’endroit : le secret est de se laisser guider facilement aux confins de la splendeur orientale au rythme de vie de ses habitants, des sourires authentiques et de rencontres inattendues. Par ailleurs le célèbre « souk bleu » domine la lagune de Khaled de son architecture moderne, lequel fait de l’ombre aux souks plus traditionnels en lui volant sa clientèle. Cette dernière a très vite tendance à ignorer la disparition progressive d’anciennes traditions aujourd’hui perdues...
Mais Sharjah promet de proscrire totalement l’ennui, la bête noire des voyageurs. La cité abrite près d’une vingtaine de musées à arpenter au gré de promenades paisibles.
Le Costume and Cosmetics Museum: le Traditional Game House, le Maritime Museum sont autant d’exemples à partager en famille. Néanmoins le plus beaux d’entre eux reste le très honorable musée d’histoire naturelle, Desert Park, dans lequel quantité d’expositions sont proposées afin de fournir quelques clés sur la passé de l’émirat. Il est voué à sensibiliser les visiteurs sur l’ampleur d’un tel écosystème. Enfin, adultes et enfants préféreront parfois les divertissements plus occidentaux, notamment en jouissant des attractions du Disneyland localisé à proximité.


Émirat de Ras al-Khaimah



« Sommet de la tente » de sa véritable signification, l’émirat Ras al-Khaimah occupe la partie nord des Emirats arabes unis, en bordure du sultanat d’Oman. Il couvre une superficie de 1684 km ² et sa capitale possède une démographie totalisant 250 000 à 300 000 habitants selon les derniers recensements. La ville est divisée en deux sections principales, le Vieux Ras Al Khaimah et Nakheel, lesquelles coupées par les méandres d’un ruisseau, sont desservies par l’aéroport international de Ras al-Khaimah.
En raison de l’envolée du pétrole et des innovations architecturales, les Émirats arabes unis passèrent, en l’espace d’un demi-siècle, de statut miséreux à l’ opposé tandis que sa population fut multipliée parallèlement par cinquante (estimée en 1960 à seulement 86 000 habitants). Ces destinations sont trop souvent égarées dans la luxure qui ne sert que de vitrine internationale.
En effet, comme en témoigne l’émirat de Ras al-Khaimah, les parures riches et les buildings élaborés dissimulent un écosystème légendaire écrasé par la mondialisation. Niché en bordure du golfe du Persique,  Ras al-Khaimah est sans doute l’un des plus merveilleux émirats en terme de nature.

Monts ensoleillés bénéficiant de luminosités étendues sur l’éventail des tons dorés, zones désertiques épurées où naissant des oasis cristallines et des pâturages verdoyants, ports mythiques et tours de guet évoquent les terres dignes des contes des Mille et Une Nuit. De surcroît, les locaux rependent fièrement l’ancien nom de cette cité qui ne fut d’autre que la fameuse Julfar. Dotée de vestiges archéologiques, d’un fort, de canaux, de charmants ports, de quelques demeures princières et d’une mosquée lesquels servirent à l’époque du Moyen-Age, la cité respire l’air d’antan avec une incroyable adaptation à la modernité.

Selon les périodes, beaucoup d’évènements culturels sont incontournables à Ras al-Khaimah . Par exemple lors d’une escapade dans le désert il est conseillé d’assister au festival Awafi, au cours duquel les émiriens chevauchent leur 4X4 aux portes des dunes désertiques. Le festival sommeille sur une période de trois semaines, en général entre les mois de Décembre et Janvier. L’entrée est gratuite, enfants et adultes peuvent apporter leur pique-nique tout en admirant le courses de voitures qui bataillent sur le sable tandis que cuisine et musiques traditionnelles, boutiques ainsi qu’un zoo sont mis aux services de tous. Pour célébrer la fête du printemps, des représentations théâtrales et des expositions culturelles typiques de l’héritage ethnique de la région sont déployées avec joie. Les nombreuses danseuses, agrémentées de costumes vifs et envoutants, pimentent l’action en offrant un spectacle de haute précision.
D’autres sites remarquables accueillent agréablement les touristes. Le Musée National de Ras al-Khaimah, établi dans l'ancien palais sur décision de la famille régnante d’Al Qasimi, ouvre ses portes à bras ouverts. Ses intérêts figurent dans l’exposition de pièces artisanales et archéologiques datées de plusieurs siècles ainsi que des expositions centrées sur l’histoire naturelle destinées à sensibiliser un large public.

Un site archéologique intéressant situé à proximité de la ville est le fastueux palais médiéval de la reine de Saba Shimal, une femme fameuse rencontrée dans les contes dont la sagesse, l’intelligence et la magie sont les plus grandes qualités. Al Falayah est l'ancienne résidence d'été de la famille régnante Al Qawasim qui mérite qu’on lui accorde le temps nécessaire pour une visite tandis qu’il est impossible de résister au charme militaire du Dhayah Fort, l’unique survivant des dunes rosées des Émirats arabes unis. Ses murs en briques de boue coincées entre les monts Hajars et les jardins de Dayah furent édifiées au XVIème siècle, puis réutilisées lors de la guerre contre les britanniques en 1819.
Enfin la ville fantôme d’Al Jazirah Al Hamra où fut préservée l’architecture d’un des ports du début du XXème tandis que les divers souks, l’ambiance de la vieille ville et son calme figurent parmi les plus grands atouts touristiques encore à découvrir.


Émirat de Fujaïrah



D’une population moindre, l’émirat de Fujaïrah est loin d’être aussi populaire que Dubaï et Abu Dhabi, mais il n’en demeure pas inintéressant sur le point de culturel et naturel. Avec une situation géographique unique tourné vers l’azur de l’océan indien, il possède un relief qui le rend moins accessible mais d’une beauté exceptionnelle. La ville de Fujaïrah abrite quelques bijoux inviolés du Moyen Orient, notamment la plus ancienne mosquée des Emirats Arabes Unis construite tout en boue en 1446 : La Mosquée Al Bidyah. Le Yémen l’Oman et le Qatar, avec lesquels les E.A.U partagent des frontières, possèdent de semblables architectures qui les réunissent patrimonialement.
Les villes voisines de Fujaïrah sont rendues accessibles grâce au développement de voies d’autoroutes. Parmi lesquelles Kalba, Masafi , Khor Kalba et Khor Fakkan méritent le coup d’œil. De plus, quelques plages situées sur les côtes de la métropole sont très peu fréquentées d’où leur attractivité...

Émirat d'Umm al-Qaïwain



Le second plus petit émirat parmi les sept prospère le long de la péninsule qu’il partage avec les six territoires de l’E.A.U. Quelques centres d’intérêts peuvent lui valoir un certain prestige. Perdu au bout des ruelles où sont implantées des maisons typiques sculptées de corail et de plâtre, le vieux port réunit les artisans du coin qui viennent y assembler les pièces des bateaux de pêches, et ce depuis des générations…

Les îles d’Umm al Quwain constituent un archipel protégé confiné non loin des côtes. Comptabilisant sept petites iles, celles-ci sont le foyer d’une biodiversité remarquable, de forets de mangroves et de belles criques isolées. Al Sinniyah, Jazirat Al Ghallah Al Keabe sont les trois terres les plus importantes mais les pêcheurs prennent beaucoup de plaisir à déambuler sur les iles les plus éloignées, Al Sow , Al Qaram , Al Humaidi , Al Chewria et Al Harmala, lesquelles leur sont accessibles grâce au petit ruisseau navigable de Madaar.

Le port d’Al-Dour est considéré comme le plus grand site pré-islamique du golfe Persique datant de 200 av-J-C. Plusieurs tombes et un fort dédié au dieu soleil sémitique Shamash composent ses trésors archéologiques.

Enfin, Umm Al Quwain Fort eut pour mission de protéger et de surveiller les portes de l’ancienne ville. Tout à tour résidence des souverains de l’émirat, poste de police réinvesti en musée, il abrite aujourd’hui quelques collections d’armes.

Émirat d'Ajman



Au plus bas de l’échelle figure l’Émirat d'Ajman d’une superficie restreinte : 260 km ² ! Si sa démographie était de 36000 habitants il y a trente ans, aujourd’hui le dernier des émirats grimpe à ville allure l’échelle sociale du fait de l’afflux de touristes venus tout droit d’émirats voisins : Abu Dhabi, de Dubaï ou encore de la région de Sharjah. Très peu développé ses seules attractions sont son marché aux poissons et son vieux fort datant de la fin du XVIIIème. Il est souvent fréquenté pour ses plages dorées, son calme, sa tranquillité, sa beauté simple … épurée.
 Ainsi les Emirats Arabes Unis attirent un public de plus en plus diversifié. Si la modernité croissante, la politique de consommation majeure, et l’aspect artificiel de certaines architectures témoins d’une démesure jugée souvent inacceptable, ces sept petites merveilles cachent derrières leurs parures un cœur bien plus tendre, des traditions et des légendes profanées depuis plusieurs siècles qui ne requièrent que l’intention des voyageurs pour pouvoir germer tranquillement parmi les pousses de ciment...





Proposé par : LVA

Quelques Idées de Voyages aux Emirats Arabes Unis

La Splendeur d’Abu Dhabi - 8J/7N

De la splendeur arabe de l'Emirates Palace à la très étincelante Mosquée Sheikh Zayed, des dunes impressionnantes du Pavillon des E.A.U à la plus haute tour jamais construite par l'Homme, du souk traditionnel à la réplique authentique d'un campement bédouin,  les mystères (...)

Combiné Dubaï & Ras Al Khaimah - 7J/6N

Ce circuit est destiné aux voyageurs qui rêvent de découvrir deux aspects bien différents des Émirats Arabes Unis. D'un côté Dubaï et ses immeubles futuristes, de l'autre Ras Al Khaimah et ses oasis de paix.Votre voyage commence par la découverte de Dubaï où vous visitez les principaux monuments qui font la réputation de la ville (...)

Les Trésors des Emirats - 9J/8N

La volonté pour chaque voyageur de visiter les Émirats arabes unis est certainement une perspective excitante. Ce tour est spécialement réservé aux amoureux de la découverte et de la culture. Pendant votre séjour aux Emirats vous aurez l’occasion de découvrir pratiquement  tous les (...)

Culture & Détente - 8J/7N

Ce programme original a été spécialement conçu pour que vous puissiez profiter des trois principales cités des Emirats Arabes Unis. Bien sûr vous débuterez le séjour par la plus connue : Dubaï… entre exubérance, shopping et grattes ciel impressionnant, il est probable (...)
Tous les Circuits aux Emirats et à Dubaï >>