Le Mag - Mali

Le Pays Mandingue

 A une centaine de kilomètres au sud de Bamako se trouve le Pays Mandingue, comme beaucoup d'autres régions du Mali, riche en histoire et culture. Le Pays Mandingue forme un appendice vers la Guinée voisine. Il y a de belles forêts implantées sur les flancs des nombreuses collines où pendant toute l'année où coulent des cascades.

Une région traditionnelle Ouest-Africaine



Cette partie du pays possède un grand intérêt historique, puisqu'elle est le berceau de L'Empire du Mali du XIIIe siècle, comme en témoignent de nombreux sites. Le célèbre roi Soundiata Keita règne de 1235 à 1255. C'est à cette époque que le commerce saharien prend une grande envergure, l'agriculture - essentiellement la culture du coton - et l'exploitation de l'or sont la base des richesses du pays.

Le Mandé, un autre nom pour le même pays, est aussi la résidence des plus grands griots du Mali. Les griots, les maîtres de la parole, ont une place importante dans la tradition orale de l'Afrique de l'Ouest. Ils content en chantant la belle et merveilleuse histoire de l'empire du Mali, en expliquant l'origine de certaines valeurs culturelles et sociales du pays comme le cousinage, la parenté à plaisanterie ou le respect des aînés.

C'est également la région où se trouvent les plus grands chasseurs du Mali. La chasse occupe une place importante chez les Mandings. Ils chassent l'éléphant, l'antilope, l'hippopotame et le lion. Malheureusement, ces grands animaux sont devenus rares. Selon les traditions, tout vrai chasseur mandeka a, à partir d'un certain âge, son double sous la forme d'un animal. La mort de l'un entraîne inévitablement celle de l'autre. Et évidemment, chaque aspirant chasseur ne le devient pas : un chasseur dispose de pouvoirs particuliers et vit selon un code d'honneur. Etre chasseur exige de l'honnêteté, du courage et une droiture irréprochable, le respect de la parole donnée, l'horreur de toute trahison et de tout mensonge. Un bon chasseur doit être généreux et ne vend jamais le produit de sa chasse.

C'est aussi pendant le règne de Soundiata que la "Charte des chasseurs" est élaborée. Les chasseurs devaient protéger les plus faibles, et poursuivre ceux qui se livraient au trafic d'esclaves. C'est à partir de là que la confrérie des chasseurs prit une importance qu'elle est encore loin de perdre

Les villes du pays Mandingue



Kangaba


La ville sainte du Mandé à 50 kilomètres de la frontière guinéenne et à 100 km de Bamako, est située le long du fleuve Niger. C'est une région riche en orpaillage car, depuis l'empire du Mali l'extraction de l'or en a toujours été la principale activité.
A Kangaba on visite la case sacrée ou « Kama-blo ». C'est là qu'on garde les fétiches du village et elle abrite même une relique de la pierre noire de La Mecque qui a été rapportée lors d'un pèlerinage. La case était une véritable institution de régulation et de prise de décision des lois : ici le conseil des sages se réunissait. Elle est recrépie tous les sept ans par la même famille de griots du village de Kela lors d'une cérémonie rituelle. Il est interdit au public d'y entrer.
On y pratique aussi l'alpinisme.

Kéla


Il s'agit d'un village voisin de Kangaba. Toutes les institutions de l'empire de Soundiata Keita ont été réglementées et médiatisées par les griots de Kéla. Ce village a une grande importance au niveau d'enseignement de la tradition orale véhiculée par les griots Diabaté, Kouyaté, Kamissoko, Danté, Diawara.
C'est au centre du village que se trouvent les maisons des Diabaté, les plus grandes familles de griots de Kela, avec plus de cents membres de famille. Grâce à la notoriété de ces familles, Kela, un petit village d'environ 2000 habitants, est devenu l'un des villages les plus connus du Mali. Les Diabaté de Kela sont admirés et respectés dans la grande population des griots au Mali. Une des préoccupations des Diabaté est la question de l'unité et de l'entente dans la grande famille des griots. On veille à la bonne transmission de leurs valeurs aux générations suivantes est veillé. On y dit ‘Ici on ne devient pas griot, on naît griot'.
Ce village est exclusivement habité par des familles de griots et souvent on peut assister à des chants et des danses. Le Niger coule à quelques kilomètres et il est possible de faire des très agréables promenades en pirogue.

Siby


Quand on loge à Siby, on visite l'arche de Kamadjan, situé 7 km de la ville. On y arrive par une piste à flanc de colline où passent parfois des singes rouges. Selon la légende, Kamadjan, l'ancêtre des Camara, perça la montagne d'une seule flèche magique afin d'étaler sa puissance devant Soundiata Keita.
Dans les environs, on trouve des grottes et de nombreux villages typiques.
A 14 km de l'arche se situe la cascade de Djendjeni. Un oasis de faîcheur où il est possible de se baigner même pendant la saison sèche.

Djoliba


Les Malinkés ont une tradition orale et musicale très riche, caracterisée par les épopées qui évoquent les grands faits de l'histoire du pays. Cette production musicale est réservée aux griots et aux forgerons qui sont les maîtres de la parole. Depuis le roi  Soundiata les traditions interdisent aux nobles de faire de la musique leur boulot. Mais les temps changent. Ce ne sont plus seulement les griots qui on le droit de chanter. Salif Keita, noble, est un des plus grands musiciens de la région et même du Mali. Il est né à Djoliba, au coeur du Mandé, dans la grande famille princière des Keita. Il est un des grandes stars Ouest-Africains qui ont contribué à porter la musique africaine sur la scène internationale.
 Le pays Mandingue est une région idéale pour commencer sa visite du Mali. On rencontre la vie traditionnelle Ouest-Africaine qui nous prépare pour la découverte du pays. C'est d'ici aussi que viennent les Dogon, une prochaine étape dans le pays, un prochain sujet pour ce magazine.





Proposé par : LVA