Le Mag - Turquie

A la Découverte des Cités Perdues de l’Euphrate

 Au cœur d’une Turquie sauvage, loin de la frénésie d’Istanbul, se trouve sur les rives de l’Euphrate, un lieu exceptionnel…

Une croisière sur l’Euphrate à la découverte des vestiges des civilisations passées



Après une route sinueuse à travers les flancs escarpés des collines rocheuses, on arrive au niveau du paisible village d’Halfeti. Ses maisons sont de même couleur que la roche, se fondant parfaitement au paysage, et la mosquée construite au bord de l’eau ajoute une touche pittoresque à l’ensemble. Le meilleur moment pour découvrir ce village est lorsque le soleil commence à décliner, les couleurs ocres des habitations et des roches se retrouvent alors sublimées, contrastant avec l’éclatant bleu turquoise des eaux de l’Euphrate.

Un petit port de plaisance en contrebas du village abrite quelques petits navires en bois, avec lesquels il est possible d’effectuer une croisière sur le fleuve.

Après s’être embarqué sur l’un deux, on s’éloigne peu à peu des rives, les maisons deviennent de plus en plus petites et Halfeti dévoile alors sa véritable splendeur. 

La forteresse de Rumkale



En continuant à suivre le fleuve, on découvre une ancienne forteresse, du nom de Rumkale, signifiant littéralement en turc la « forteresse des romains ». Cette forteresse, construite sur une sorte de presqu’île s’avançant dans l’Euphrate, et dont il ne reste plus grand-chose aujourd’hui, fut probablement fondée aux alentours du IXème siècle avant Jésus-Christ puis elle fut occupée successivement par un grand nombre de civilisations, qui, chacune en son temps, domina la région. Ainsi passèrent à Rumkale les Assyriens, les Gréco-Romains, les Byzantins, les Arméniens, les Mamelouks d’Egypte…

Une chose assez étrange peut intriguer le voyageur lorsqu’il aperçoit Rumkale. En effet, un profond sillon est creusé dans la montagne, parfaitement géométrique, comme si on avait découpé une part de gâteau dans la roche. Ce n’est pas là l’œuvre d’une quelconque volonté divine ni même de Dame Nature : ce sont les guerriers de Rumkale qui ont creusé à la main ce profond sillon, pour empêcher les ennemis d’accéder à la forteresse.

Rumkale n’est pas le seul vestige des civilisations anciennes que l’on trouve par ici. Si l’on est attentif et que l’on regarde bien autour de nous, on peut apercevoir de partout d’anciennes ruines érigées dans les recoins des aspérités rocheuses et dont la couleur neutre les rend parfaitement invisibles dans le paysage.

De plus, on peut apercevoir également des entrées de grottes décimées dans les montagnes. Nombre d’entre elles ont servi d’habitats aux populations troglodytes qui occupaient la région durant la période du Néolithique.

Savaş, un village sous l’eau



Un peu plus loin, on aperçoit un minaret pointant hors de l’eau, seul vestige visible d’une mosquée recouverte par les eaux turquoise du fleuve. Derrière ce minaret, en contrebas de la colline, se trouvent quelques habitations, mais on devine que la plupart ont été inondées. On a l’impression de découvrir une cité secrète, perdue depuis des millénaires, qui aurait refait surface au beau milieu du fleuve. Il s’agit en fait du village de Savaş, qui fut partiellement inondé lors de la construction d’un barrage dans les années 80 en amont du fleuve.  Comme on peut le voir, toutes les habitations ne se sont pas retrouvées sous l’eau, et le village est encore peuplé aujourd’hui. On peut d’ailleurs y accoster via un petit port constitué d’un simple ponton qui flotte juste au-dessus de l’ancienne école du village, que l’on peut apercevoir encore aujourd’hui à travers l’eau limpide de l’Euphrate !

A Savaş, on trouve une véritable authenticité, ce lieu semble arrêté dans le temps et les villageois y mènent une vie calme et paisible. Il est possible de pénétrer à l’intérieur d’anciennes habitations troglodytes, dont certaines ont été investies par les villageois et servent parfois de lieu de prière. Des pistachiers sont plantés tout autour du village où ils semblent prospérer et les chèvres à moitié sauvages se baladant sur les sentiers rocailleux complètent ce cadre champêtre idyllique.

Contempler le coucher de soleil à Savaş, dans le calme absolu d’une nature sauvage qui a vu naître les débuts de l’humanité est une expérience exceptionnelle. A l’heure de la prière s’élève dans les airs le chant arabique du muezzin se répercutant contre les roches, rappelant les fidèles à leur devoir.

Au bord de l’eau, on trouve un restaurant qui sert une cuisine traditionnelle et le meilleur moyen de terminer une excursion dans cette localité reculée de la Turquie est de s’asseoir à une table pour déguster de délicieux plats turcs, dont le kébab d’aubergine qui saura satisfaire l’appétit des plus fins gourmets…

Zeugma, une autre cité perdue de l’Euphrate



Alexandre Le Grande, célèbre pour sa soif de conquête, n’épargna pas l’Anatolie dont il s’empara en 333 avant Jésus-Christ. Un de ses généraux, qui deviendra Séleucos Ier, le fondateur de la lignée des Séleucides, établit une cité sur la rive gauche de l’Euphrate, qu’il nomma, d’après son propre nom, Séleucie. 
Il fit construire sur l’autre rive une deuxième cité à qui il donna le nom de sa femme, Apamée. Entre les deux villes, un pont traversant l’Euphrate fut construit. Plus tard, lorsque les Gréco-Romains s’emparèrent de la cité, ils la rebaptisèrent « Zeugma » signifiant le « pont, la liaison ». La ville connut une période de gloire sous la domination romaine, et développa en particulier l’art de la mosaïque.

Or dans les années 80, lorsque le barrage de Birecik fut construit, Zeugma fut complétement inondée, comme le village de Savaş. Fort heureusement, un grand comité d’archéologues et de volontaires s’était réuni avant la construction du barrage pour sauver les mosaïques de la ville qui sont aujourd’hui exposées au Musée de Zeugma à Gaziantep. L’emblème de la ville de Zeugma est une mosaïque représentant le visage d’une jeune femme que l’on appelle la Gitane, célèbre à travers le monde.  Grâce au travail colossal des archéologues et volontaires, 80% des mosaïques de Zeugma ont été sauvées, et le musée qui leur est dédié est magnifiquement fait.
 La Turquie est un vaste pays, doté d’une riche histoire qui a laissé des vestiges emblématiques. A la croisée des civilisations, carrefour de l’Orient et de l’Occident, la Turquie est une destination de choix pour tous les voyageurs curieux en quête de dépaysement culturel.





Proposé par : LVA
Galerie
(Cliquez sur les photos)

Quelques Idées de Voyages en Turquie

Visages de Turquie - 14J/13N

En Cappadoce,les coulées de lave qui remontent à quinze millions d’années, érodées par les eaux, se découpent aujourd’hui en aiguilles et cheminées de fées aux troncs coniques. Terre des premiers anachorètes, la Cappadoce regorge d’églises rupestres,  de monastères et d’habitations troglodytiques qui nous transportent dans (...)

Le Sud de la Côte Carienne et les îles Sud du Dodécanèse

Une aventure en voilier aux portes de l'Orient et l’Occident... Durant cette croisière d'une semaine, nous naviguerons entre la côte Turque de Carie et les îles grecques du sud du Dodécanèse.A partir de Marmaris, Cap à l'ouest pour longer la péninsule de Bozburun et pénétrer dans le golf de Symi.En mer, vous participez à la vie (...)

Randonnée En Lycie, Sur les Traces des Grandes Civilisations - 8J/7N

Sur la côte lycienne, le long de la grande Bleue, nous suivons les petites anses secrètes et randonnons de sentiers côtiers en vestiges du passé. Une balade dans l'Histoire : les traces des Lyciens, Grecs, Romains et Byzantins imprégnent fortement ces sites uniques. L'exploration des anciennes cités antiques (...)

Mythique Istanbul et Merveilleuse Cappadoce - 7J/6N

Istanbul, le nom lui-même incite au rêve et force au voyage. Dès le premier contact, la cité tient ses promesses. La Cappadoce est un monde en soi. L’érosion y a façonné des reliefs inattendus où les tufs volcaniques aux couleurs improbables, blanc, jaune, orange, rouge..., forment des (...)
Tous les Circuits en Turquie >>