Le Mag - Maroc

Afensou, l'Oasis Berbère Méconnue

 Peut-être d’ailleurs ne devrions-nous pas en parler si nous voulons la préserver !

Alors que Maroc reste synonyme pour beaucoup de déserts de sable, de villes impériales fortifiées, de plages ensoleillées, c’est oublier que la splendeur de la nature, les panoramas époustouflants, la diversité des paysages et l’accueil encore authentique se nichent au creux des vallées montagnardes du Haut Atlas et de l’Anti-Atlas. 

J’ai fait élection de domicile sur le versant méridional du Haut Atlas Occidental, à une heure de route ou de piste de Taroudant, au pied du Jbel Aoulime qui culmine à plus de 3500 m. Béni  par une source pérenne se gorgeant d’eau à la fonte des neiges ou la moindre pluie, le pittoresque village berbère d’Afensou s’enorgueillit de sa situation privilégiée, au confluent de deux vallées encaissées jalonnées de jardins et de canaux d’irrigation. Sur les coteaux, l’arganeraie. Le long de l’oued, oliviers et caroubiers. Sous les larges feuillages, une agriculture de subsistance, à base d’orge, de maïs, de luzerne principalement. Il y a peu, Hafida, l’aînée d’une famille nombreuse, vaquait au jour le jour aux tâches ménagères attribuées par sa mamam, sans se soucier du lendemain et en rêvant d’un hypothétique fiancé qui ne se révèlerait pas un trop mauvais parti. Tel jour, elle se rendait au torrent pour y laver le linge ou les nattes de longues heures durant. Tel autre nécessitait de se rendre en plein cagnard loin dans la forêt d’arganiers pour y ramasser le bois. Et sans discontinuer devait-elle préparer les différents tajines pour toute la famille de même que des dizaines de galettes de pain qui constituent le premier aliment de base. Et ramener du centre du village et des champs avoisinants des charges d’eau à dos d’âne et des gerbes de fourrage pour le bétail à dos de femme. Entre deux travaux, il restait toujours quelques gros sacs de fruits d’argan à écaler et émonder. Point de repos hebdomadaire, seules les fêtes de mariage offrant quelque répit ou distraction. Point de loisir vraiment : seuls les garçons ont le droit de se baigner en petite tenue dans les vasques de l’assif ou dans les cascades des gorges toutes proches.
Alors que le goudron progresse, que les antennes de télécommunication envahissent les crêtes et que les paraboles ornent les toits des maisons traditionnelles en pisé ou en pierres, la vie semble n’avoir pas changé depuis des siècles. C’est toujours l’âne qui laboure le terrain familial avec son vieux soc en bois élimé. Ce sont toujours les mêmes gestes qui gèrent et répartissent l’irrigation des champs à l’aide d’une simple pelle. C’est toujours l’homme qui invariablement se rend à dos de mulet au souk hebdomadaire le dimanche pour s’approvisionner ou négocier quelque affaire. Point d’électricité ni d’eau courante ni même de sanitaires dans bien des maisons. A chaque pluie, les toits percent et requièrent de constants travaux de ravalement. Tels finalement les arganiers, les mœurs locales restent profondément enracinées.
Bénéficiant d’un micro climat, les hautes vallées verdoyantes d’Afensou constituent l’un des derniers petits paradis terrestres méconnus des guides de voyage et des grandes agences locales. Ici, le mot authenticité conserve tout son sens, tant les coutumes ont peu changé. Le terme exotisme garde bien sa signification quand on se balade paisiblement dans la fraîcheur des palmiers et des oliviers, au gré de rencontres inédites.  Le dépaysement est bien réel lorsqu’on est invité à vivre à la mode berbère, assis sur une natte ou un gros coussin en savourant le thé à la menthe ou en dégustant un tajine aux fruits secs face à pareil panorama de montagne. L’on renoue avec le bien-être par la simplicité et le contact avec la nature. Je resterais des heures assis sur un promontoire, à contempler l’enfilade des sommets enneigés et la vue à couper le souffle offerte à 360°, en compagnie d’un troupeau de chèvres en équilibre instable sur les branches des arganiers. J’adore camper en altitude auprès des cascades sous l’ombre des noyers et des amandiers en regardant les bergers crapahuter à la suite de leurs moutons ou les femmes redescendre leur charge en poussant le youyou. Je me réjouis de retourner encore pique-niquer au bord du torrent dévalant de vasque en vasque la gorge aux roches multicolores et fleurie de lauriers-roses, à m’amuser des sauts audacieux des enfants et de leurs pêches miraculeuses.
 Ce pays, je l’ai adopté. Cette haute vallée, je l’ai épousée. Ce mode de vie, je l’ai fait mien. Et Hafida est devenue ma petite femme berbère.





Proposé par : Luc Tromme d'Hors Circuits

Quelques Idées de Voyages au Maroc

Le désert, sur les traces du Paris-Dakar - 6J/5N

Seul le désert peut offrir pareil isolement, un tel silence et ces panoramas immenses. Une superbe boucle très diversifiée au départ de Marrakech permettant de plonger pleinement dans le Sahara loin des hordes de touristes en alternant bivouacs sauvages dans le désert et hébergements confortables avec piscine.

Circuit Sud Sahara - 5J/4N

A 250 km de Marrakech, après avoir franchi le col du Tizi n’Tichka et ses vallées aussi différentes qu’exceptionnelles, la vallée des roses et des kasbah attire le regard sur ses contrastes où terre rougeoyante et verdure rivalisent sur un même tableau. Boumalne Dadès marque (...)

Sud Sahara et Fès - 7J/6N

La route du Tizi n’Tichka culminant à 2260m est une des plus belle du Maroc, 200 km de paysages contrastés, de vallées encaissées, de sites semi lunaires avant d’atteindre la mythique Ouarzazate, porte du Sahara. La région est riche en vestiges de toutes sortes et notamment les vieilles kasbah caractéristiques de l’architecture du (...)

Les Merveilles du Sahara Occidental - 10J/9N

Ce circuit, réservé aux amateurs de grands espaces et d’aventure, d’isolement et de bivouacs sauvages, présente ce qu’il y a de plus curieux, de plus diversifié et de plus authentique dans cette région aride appelée il y a peu le Sahara espagnol. Des dunes, certes, mais aussi des cascades inattendues, des dépressions désertiques, (...)
Tous les Circuits au Maroc >>