Le Mag - Kenya

Maasai Mara, Terre des Maasai et des Animaux Sauvages…

 Réserve d’animaux sauvages célèbre dans le monde entier et terre des Maasaï, éthnie bien connue vivant entre le Kenya et la Tanzanie.

La Réserve



Le Maasaï Mara est la prolongation de l’immense parc tanzanien du Serengeti en territoire kenyan (1500 km2 environ).
Une faune exceptionnellement riche et variée y circule librement : lions, éléphants, guépards, léopards, hippopotames, antilopes, gazelles, zèbres, buffles, rhinocéros…

De juillet à septembre a lieu la migration des gnous : des millions d’individus se dirigent du Serengeti vers le nord en quête de pâturages puis font demi-tour.
Le Maasaï Mara, adossé à Oloolo Escarpment et traversé par la rivière Mara, est constitué de vaste plaines ondulantes, de savanes et de collines parsemées d’acacias parasols et de buissons d’épineux. Mara signifie tacheté en Maasaï (vraisemblablement à cause des millions d’herbivores présents).
Le Maasaï Mara offre un des spectacles naturels les plus fantastiques au monde, des scènes inoubliables de vie sauvage et de magnifiques levers et couchers de soleil.

Il s’agit malheureusement d’un écosystème très menacé (nombres croissants de véhicules de touristes gênant la faune sauvage, troupeaux domestiques paissant à l’intérieur du parc et créant des conflits hommes-animaux, revenus du parc insuffisamment réinvestis, détérioration des pistes…).


Les Maasaï



Le peuple Maasaï, d’origine nilotique, arrivé dans la Vallée du Rift au XVIIe siècle, a perdu les 2/3 de ses terres au début du 20e siècle suite à la mise en application d’un traité britannique. Son territoire s’est réduit encore en 1945 avec la création des parcs et réserves.
En 70, une réforme foncière a découpé le pays Maasaï en ranches collectifs, puis en 88 a eu lieu la privatisation forcée des terres Maasaï.
En conséquence, l’esprit communautaire tend à disparaitre, les clans se divisent et le mode de vie ancestral des Maasaï basé sur le nomadisme et l’unité des clans se perd peu à peu, la sédentarisation augmente et l’ethnie Maasaï est de plus en plus en perte d’identité.
Les hommes entrent en conflit avec les animaux dont le territoire se rétrécit et les routes de migration et d’accès aux points d’eau sont coupées.
L’habitat des Maasaï est constitué de cases dont l’armature en bois soutient un mélange de terre et de bouse de vache assurant étanchéité et isolation. La seule ouverture est la porte et le plafond est bas. Les cases sont construites par les femmes et regroupées en villages de plusieurs familles. L’ensemble est entouré d’une barricade d’épineux afin de protéger enfants et animaux domestiques des prédateurs (lions, hyènes,  léopards.)

Un des aspects les plus typiques de la culture Maasai sont les rites de passage d’une classe d’âge à l’autre. Les principaux sont : l’enfance, la circoncision, le guerrier Moran, l’âge adulte, l’ainé après la circoncision.
Les Maasai de 12-14 ans  sont des guerriers Moran et vont vivre à l’écart de leur famille dans une manyatta (nom désignant leur village). Ils y restent 6 à 10 ans. Autrefois pour prouver leur courage, ils devaient tuer un lion, pratique aujourd’hui interdite.
Le guerrier vers 20 ans devient adulte à l’issue d’une fête de 4 jours dont les moments forts sont la coupe des cheveux du Moran et les cérémonies du lait et de la viande.
Les femmes Maasai ont des conditions de vie difficile : elles soignent les animaux, construisent les maisons, transportent eau et bois, font tous les travaux ménagers.
Ce sont les enfants et les Moran qui gardent les troupeaux. Les enfants ont une vie rude et une mortalité élevée. Les hommes eux, discutent et arpentent la brousse. L’alimentation est constituée essentiellement de lait, sang, viande et plantes divesres à vertus médicinales.

  Une certaine modernisation se mêle de plus en plus à la vie traditionnelle (fréquentation des touristes, utilisation de téléphones portables, connection internet…).
Le Maasai Mara, outre les safaris photos à la découverte de la faune sauvage, offre la possibilité de rencontrer ce peuple Maasai fascinant, mais il faut toutefois se méfier des villages Maasai touristiques, qui exploitent les visiteurs et n’offrent pas du tout la rencontre culturelle authentique qu’ils espèrent….





Proposé par : Wild Route of Kenya
Galerie
(Cliquez sur les photos)
Kenya - Maasai Mara, Terre des Maasai et des Animaux Sauvages…
Kenya - Maasai Mara, Terre des Maasai et des Animaux Sauvages…

Quelques Idées de Voyages au Kenya

La Vallée du Rift et Masai Mara - 9J/8N

Un circuit axé sur la découverte de la faune sauvage, la visite de parcs, sanctuaires et centres de conservation mais donnant aussi un aperçu d’une zone rurale et de ses habitants (vallée de Subukia).

Ecovolontariat à Muringa Farm - Subukia

Venez participer aux activités de Muringa Farm à Subukia, et découvrez un Kenya authentique et sauvage, tout en contribuant à la protection de l’environnement, des animaux de ferme, et de la faune sauvage et en aidant les enfants réfugiés et orphelins. Un concept à mi-chemin entre l’écovolontariat et le tourisme utile et responsable.

Safari dans le Nord Kenya - 5J/4N

Samburu, votre première étape avant de découvrir les lacs de la Rift Valley. En passant par les Aberdares, vous traverserez les fumerolles des geysers et admirerez les flamands rose.

Atelier « Reconnexion avec soi-même » et Safari Au Kenya - ...

Stage de 2 jours ½ pour vous faire découvrir le développement personnel avec les chevaux approche zooanthropologique. Le développement personnel selon l'approche zooanthropologique porte à une prise de conscience, à un changement d'état d'esprit. On laisse le contrôle, la recherche de (...)
Tous les Circuits au Kenya >>